Holophonix spatialise La vengeance est un plat

La vengeance est un plat est une adaptation éclairée, métaphorique et très personnelle de Titus Andronicus de Shakespeare. Pas de héros mais une galerie de douze personnages et autant de morts violentes. Un cadeau pour les comédien.ne.s de la Compagnie du Zerep, entre tragédie et Grand Guignol, burlesque et théâtre total. Sophie Perez trouve ici la matière nécessaire pour nourrir ses questionnements sur le théâtre et le monde, et la folie incontrôlable qui s’empare des hommes de pouvoir. Une histoire hors normes, hors modes, qui méritait également une sonorisation hors des standards, pensée et mise en œuvre par Félix Perdreau.

Seul en régie, Félix Perdreau exploite un ambitieux projet sur le plan sonore. Il complète les systèmes de diffusion existant dans les salles, essentiellement des LCR, par l’ajout, en face, d’une rampe WFS et, en surround, d’un système ambisonique 360° tout autour de l’audience. Le système de sonorisation spatialisé ainsi formé est géré par le logiciel HOLOPHONIX dans sa version native.

Créée au Théâtre Saint-Gervais de Genève, la pièce a été jouée dans la grande salle de la MC93, à l’Athénée Théâtre Louis-Jouvet à Paris et à la Comédie de Caen (CDN de Normandie). Une alternance entre des salles de petit et grand formats auxquels le concept de sonorisation préconisé s’adapte parfaitement et sans difficultés majeures.

En fonction des fiches techniques de chaque salle, j’étudie des compléments pour transformer la sonorisation en place. De mon point de vue, le problème de spatialisation se pose surtout pour les premiers rangs”, explique Félix Perdreau, ingénieur du son. “Mon approche consiste donc à ajouter une rampe basse exploitée dans un bus WFS tout en utilisant le LCR en place, lui aussi exploité dans un autre bus WFS. À la MC93, j’ai pu utiliser une rampe de huit d&b Q7 présente sur le spectacle précédent et sinon je complète avec une rampe Amadeus PMX 5. Le résultat est très convaincant. Ensuite, pour mes effets et illustrations sonores, j’exploite un autre bus ambisonique dans lequel je place toutes mes enceintes de surround, les types d’enceintes varient ici suivant les salles, et également celles du WFS. Je garde dans ma configuration un bus LR standard pour diffuser les pistes qui ont besoin d’avoir un fort impact mais qui n’ont pas besoin d’être spatialisées. Je trouve cette méthode plus convaincante que de placer le LR dans la WFS.”

Avec un univers sonore particulièrement riche et le suivi manuel de sept comédien.ne.s, des interfaces de contrôle ont été créées pour permettre le mixage objet et gérer la diffusion des éléments sonores. Le logiciel Open Stage Control permet la télécommande complète du système HOLOPHONIX en OSC à partir d’une tablette. Il gère tous les contrôles du mixage objet, le tracking des musicien.ne.s ainsi que la création de snapshots. Les éléments sonores sont lus à partir d’Ableton LIve et dirigés vers les bus ambisoniques désirés. L’ensemble est piloté par QLab qui envoie des commandes et gère les trajectoires de mouvement. L’application Lab Monkey permet de reprendre les textes des cues de QLab pour obtenir facilement une conduite sur une tablette additionnelle.

La spatialisation est une révolution pour le théâtre et il est vraiment difficile de revenir en arrière une fois pratiquée. La compagnie Zerep, avec qui je travaille depuis de nombreuses années, propose toujours des créations hyper sonorisées avec des comédien.ne.s masqué.e.s. Avant l’utilisation de sonorisation spatialisée, il était difficile pour le public de savoir qui parlait quand les comédien.ne.s occupaient tout l’espace. Chaque changement de scène leur imposait de nombreux efforts d’identification qui détournait bien entendu leur attention du message principal. Aujourd’hui, la sonorisation spatialisée permet de localiser immédiatement les comédien.ne.s, qu’importe l’endroit où vous vous trouvez dans la salle. Le public n’a plus besoin de faire d’effort de perception et peut ainsi pleinement se concentrer sur l’essentiel de l’œuvre théâtrale.”

Auteur / autrice

  • Christophe Masson

    Sortant de la promotion 1984 de l’École nationale Louis Lumière, Christophe Masson commence son activité d'ingénieur du son au sein de nombreux studios d’enregistrement mythiques de l'époque, dont les célèbres Studios Davout. Très attiré par les ordinateurs qui apparaissent dans le monde de la production musicale, il en devient expert et y conçoit, avec d'autres partenaires, le premier studio de programmation au sein d'une structure professionnelle. Il travaille également au sein des premières formes de studio personnel dans l’intimité de nombreux artistes de la chanson française. Il introduira et représentera sur le marché français de nombreux logiciels et stations de travail audionumériques, dont Digidesign Pro Tools, Steinberg Cubase VST, Magix Samplitude, Merging Pyramix et Ableton Live, puis se dédiera au marketing et à la communication dédiée à l’audio professionnel. Aussi compositeur, arrangeur et producteur artistique, il exprime sa passion de la musique et du son en écrivant sur ceux qui les produisent pour mettre leur travail et leurs talents à l’honneur.

    Voir toutes les publications
Facebook
LinkedIn

à propos de l'auteur

Holophonix spatialise La vengeance est un plat

Facebook
LinkedIn

CONNEXION