MA Scène Nationale développe l’immersif avec Ars Numerica

MA scène nationale compte un éventail de lieux accueillant des formes artistiques diverses au sein de l’agglomération de Montbéliard, que ce soit dans son théâtre à l’italienne ou dans d’autres salles de l’agglomération. C’est aussi la première scène labellisée à se lancer dans la radio de création. Pour mener à bien sa mission, MA scène nationale crée un nouveau lieu en réhabilitant les anciens locaux audiovisuels de Numerica. Ce nouveau complexe, Ars Numerica, intègre une salle de spectacle et, dans les anciens locaux du CICV, trois nouveaux studios multimédias permettant la production de contenus, destinés à la radio et aux créations de spectacles en résidence. Sous la direction technique de Philippe Olivier, l’étude du projet a été confiée à Scenarchie en charge de la maîtrise d’œuvre tout corps d’état et a été réalisée par TSE Live pour l’intégration audiovisuelle, Cube Menetrier pour l’aménagement, EITE Strasser pour le câblage et l’éclairage, Riboulet pour la CVC.

Studio 1 – Photo © Mauricette Pfauwadel

La demande originale était de requalifier ces lieux en les adaptant pour la prise de son et le mixage audio, dans un premier temps destinés à la production de contenu pour notre radio. Mais il m’est apparu évident que nous ne devions pas nous arrêter là“, explique Philippe Olivier. “Nous sommes entre-temps devenus lauréat France 2030 pour le son immersif dans le spectacle vivant. L’intégration du son immersif dans l’ensemble de nos structures de production prenait alors tout son sens. Que ce soit pour le spectacle en frontal WFS ou en immersif 3D et pour le studio en ATMOS, le son spatialisé va devenir rapidement un standard de diffusion. Beaucoup d’artistes travaillent dès maintenant avec du son et de la vidéo, ce qui imposera naturellement ces nouveaux formats. Nos studios sont conçus pour les accompagner. Cela passe évidemment par l’intégration du spatialisé et du réseau, mais tout en gardant les habitudes de travail en home studio. Ils se retrouvent ainsi dans un environnement familier pour mixer dans un canapé comme chez eux, mais avec les technologies les plus évoluées. La prochaine étape sera d’équiper la salle de spectacle d’un système de diffusion spatialisé. Nous pourrons alors facilement utiliser les actifs des studios pour mixer directement dans la salle de spectacle, qui deviendra de fait un quatrième studio.”

Studio 2 – Photo © Mauricette Pfauwadel

Le complexe intègre trois studios, tous basés sur le même principe. Une cabine qui permet le mixage tout en offrant des espaces suffisants pour la prise de son. Le studio 1 est essentiellement orienté radio avec une écoute stéréo et une table journaliste pour quatre intervenants. Le studio 2 offre les mêmes capacités mais avec une écoute en 5.1 et un espace plus important permettant la prise de son d’une formation musicale. Le studio 3 est équipé d’un système d’écoute et de mixage Dolby Atmos 7.1.4. Un modèle unique d’enceintes a été choisi, la Shape 50 de Focal, pour composer les différents systèmes d’écoute et permettre facilement leur adaptation aux différents formats, associée à un sub de même marque. Les stations de travail exploitent les logiciels Nuendo, Reaper, Logic Pro et Live.

Studio 3 – Photo © Mauricette Pfauwadel

Tous les studios et la salle de concert sont connectés ensemble via un réseau Dante d’une capacité totale de 400 points à travers des switchs NetGear installés dans le nodal, via cuivre et fibre. L’intégralité des signaux audio est ainsi maintenue sur le réseau grâce à l’utilisation d’interfaces et de convertisseurs de la série RedNet de Focusrite. Les entrées/sorties audio des différents studios sont extraites du réseau suivant les besoins par des interfaces RED 16Line et X2P, des cartes PCIeRED et des préamplis micro ISA8. Des interfaces AM2 permettent la gestion de liaisons analogiques ponctuelles, comme par exemple les écoutes casque. Des surfaces de commandes Icon ProX et XS ainsi que des Focusrite R1 permettent le contrôle des stations de travail et des interfaces.

Nodal – Photo © Mauricette Pfauwadel

L’ambition du projet était de créer un outil de travail très évolué où la technique s’efface pour ne pas contraindre les créateur.rice.s. Pour cela, le réseau est extrêmement pratique et permet de maintenir intacte l’excellence audio tout au long de la production en partageant l’intégralité des flux audio. Tous les studios et la salle de spectacle sont interconnectés pour offrir une totale liberté d’exploitation et une adaptation parfaite à tout type de projet”, explique Sébastien Riou, chargé d’affaires chez Scenarchie. “Ars Numerica est une belle réalisation, un projet ambitieux qui a tenu toutes ses promesses. C’est la démonstration parfaite de l’application des réseaux dans l’exploitation audiovisuelle d’une façon simple et efficace.”

Blackbox – Photo © Mauricette Pfauwadel

Auteur / autrice

  • Christophe Masson

    Sortant de la promotion 1984 de l’École nationale Louis Lumière, Christophe Masson commence son activité d'ingénieur du son au sein de nombreux studios d’enregistrement mythiques de l'époque, dont les célèbres Studios Davout. Très attiré par les ordinateurs qui apparaissent dans le monde de la production musicale, il en devient expert et y conçoit, avec d'autres partenaires, le premier studio de programmation au sein d'une structure professionnelle. Il travaille également au sein des premières formes de studio personnel dans l’intimité de nombreux artistes de la chanson française. Il introduira et représentera sur le marché français de nombreux logiciels et stations de travail audionumériques, dont Digidesign Pro Tools, Steinberg Cubase VST, Magix Samplitude, Merging Pyramix et Ableton Live, puis se dédiera au marketing et à la communication dédiée à l’audio professionnel. Aussi compositeur, arrangeur et producteur artistique, il exprime sa passion de la musique et du son en écrivant sur ceux qui les produisent pour mettre leur travail et leurs talents à l’honneur.

    Voir toutes les publications
Facebook
LinkedIn

à propos de l'auteur

MA Scène Nationale développe l’immersif avec Ars Numerica

Facebook
LinkedIn

CONNEXION